• Eric Titus

Nav Canada Deferral Request/Demande de report de Nav Canada


Nav Canada Deferral Request

Over the past month and a half, CANSA has been in talks with Nav Canada as per the Wage Deferral LOU signed in April to discuss our deferred salary increases. Outside of this LOU, Nav Canada approached all unions on August 27thand initiated discussions requesting further assistance in dealing with the impacts of the COVID-19 situation. The August 27th request from NAV Canada included the following:

  • Forego the retroactive payment of July 1, 2019 raise (July 2019 – April 2020),

  • Forego retroactive payment and the 3% salary increase for 2020, and

  • Forego the 3% salary increase for 2021.

During these discussions, Nav Canada was asked “could you guarantee no layoffs?” and their reply was “no, we cannot guarantee that there would not be further layoffs in the future”. At this point, the LUEB met to discuss the best course of action for the membership. It was decided that we would inform Nav Canada that forgoing the wage increase and retro pay was not in the best interest of the membership.

While CANSA is not unaware of the devastating effects the COVID-19 pandemic has had on the aviation industry, the LUEB could not see how any request would benefit Nav Canada in the short term and would not provide any significant relief in the big scope of Nav Canada’s operating costs. We informed Nav Canada that we were open to continued discussions towards finding effective solutions to assist Nav Canada in navigating these difficult times.

It is important to note, that to date CANSA has been playing its part in trying to help Nav Canada through the pandemic. To date, we have lost about 45 members/positions due to the ERI and temporary employee reduction. Our operational staff have been working hard to make the operation work on COVID schedules. Our non-operational staff have been diligently working from home, sometimes at the kitchen table, trying to keep their production numbers as high as possible. Throughout the summer, staff with nowhere to go have been taking leave to ensure that they use 50% to reduce carryover and payout at the end of the year.

The economic impact this pandemic is having on the company and the aviation industry has not decreased since the spring and forecasts from leading ANSP’s around the world predict traffic levels are anticipated to be staying at the current levels for the next 6 to 12 months. Based on this information, Nav Canada will be in no better position to pay the deferred money later. Furthermore, on September 23rd, Neil Wilson announced the possibility of more layoffs in the future.

After many discussions, and with no job security being offered, the LUEB decided to request Nav Canada pay all backpay owed and process the 2020 wage increase.

Nav Canada has advised that you can expect your 2020 wage increase of 3% on October 28, 2020. All other retro pay for 2019 and 2020 will be paid on December 9, 2020. These adjustments are also applicable to members who accepted the ERI and members who have been declared surplus.

CANSA is also committed to enter into further discussions in the near future. The goal is to find effective solutions to assist Nav Canada in navigating these difficult times, including but not limited to, talks on the 2021 and 2022 wage increases. When there is an offer of a feasible solution, we will bring it to the members to vote upon.

In Solidarity,

James Walker

President CANSA/Unifor 1016

C: (204) 558-5016



Demande de report de Nav Canada

Au cours du dernier mois, les représentants de l’ASNAC et de Nav Canada se sont rencontrés afin de discuter du report des hausses salariales, conformément à ce que prévoit la lettre d’entente signée en avril de cette année. Auparavant, le 27 août, en dehors du cadre de cette lettre d’entente, Nav Canada avait fait des démarches auprès de tous ses syndicats pour solliciter une aide supplémentaire afin de faire face aux conséquences de la pandémie de coronavirus, en nous demandant notamment :

  • de renoncer à la rétroactivité du 1er juillet 2019 (juillet 2019 – avril 2020);

  • de renoncer à la rétroactivité et à la hausse salariale de 3 % de 2020;

  • de renoncer à la hausse salariale de 3 % de 2021.

Au cours de ces discussions, on a demandé à Nav Canada s’il lui était possible de garantir qu’il n’y aurait pas de licenciements, ce à quoi l’employeur a répondu par la négative. À ce stade, le BESL s’est réuni afin de déterminer la meilleure ligne de conduite à adopter pour les membres, et sa décision a été d’informer Nav Canada que renoncer à la rétroactivité et à la hausse salariale n’était pas dans le meilleur intérêt des membres.

Bien que l’ASNAC soit consciente des effets dévastateurs de la COVID-19 sur l’industrie de l’aviation, le BESL ne voyait pas en quoi cette demande aiderait Nav Canada à court terme ni comment elle lui apporterait un répit significatif en réduisant des coûts d’exploitation par ailleurs très élevés. Nous avons donc informé Nav Canada de notre ouverture à poursuivre les discussions en vue de de trouver des solutions efficaces pour l’aider à traverser cette période difficile.

Il importe de noter que l’ASNAC a fait sa part pour aider Nav Canada à traverser la pandémie. À ce jour, nous avons perdu environ 45 membres/postes avec le programme de départ anticipé à la retraite et la réduction des effectifs temporaires. Nos employés opérationnels ont travaillé d’arrache-pied pour adapter l’exploitation aux horaires COVID. Nos employés non opérationnels ont travaillé avec diligence depuis leur domicile, parfois même de leur table de la cuisine, pour maintenir leur production aussi élevée que possible. Tout au long de l’été, les employés qui ne pouvaient être placés nulle part ont pris des congés et se sont assurés d’en utiliser 50 % pour réduire les reports et les paiements à la fin de l’année.

L’impact économique de cette pandémie sur la société et sur l’industrie aéronautique n’a pas diminué depuis le printemps et d’après les prévisions des principaux fournisseurs de services de navigation aérienne (FSNA) du monde entier, le trafic aérien devrait rester au niveau actuel pendant les 6 à 12 prochains mois. Sur la base de cette information, Nav Canada ne sera pas en meilleure posture plus tard pour payer les sommes reportées. De plus, le 23 septembre dernier, Neil Wilson a annoncé qu’il n’excluait pas la possibilité de nouveaux licenciements.

Après en avoir longuement discuté, et sachant qu’aucune sécurité d’emploi n’est offerte, le BESL a décidé de demander à Nav Canada de payer la rétroactivité qui est due et de procéder au traitement de la hausse salariale de 2020.

Nav Canada a donc fait savoir que vous pouvez vous attendre à toucher la hausse salariale de 3 % de 2020 à compter du 28 octobre 2020. Toute la rétroactivité de 2019 et 2020 sera acquittée le 9 décembre 2020. Ces rajustements s’appliquent également aux membres qui se sont prévalus du programme de départ anticipé à la retraite et à ceux qui ont été déclarés excédentaires.

L’ASNAC s’est également engagée à entamer d’autres discussions dans un avenir proche. Ces discussions auront pour objectif de trouver des solutions efficaces pour aider Nav Canada à traverser cette période difficile, et elles porteront sur divers aspects, y compris les hausses salariales de 2021 et 2022. Lorsqu’il y aura une offre de solution réalisable, nous la soumettrons au vote des membres.

Solidairement,

James Walker

Président, ASNAC, section locale 1016 d’Unifor

Cell. : (204) 558-5016

1 view